Frédéric Chiasson

compositeur

Nouveau site en construction

Ce site n'est pas à jour parce qu'un nouveau site est en construction. En fait, je continue à composer et arranger beaucoup ! D'ici là, pour les dernières actualités, suivez ma page Facebook.

Bungalopolis : quand BD et musique contemporaine font des bulles…

André Ducharme, L'Actualité

16 février 2011

Accueil > Revue de presse > L'Actualité : « Bungalopolis : quand BD et musique contemporaine font des bulles… » >

Share

Site web de l'article

Associer la bande dessinée et la musique contemporaine, c’est comme marier une carpe et un lapin. Mais l’audace des compositeurs Éric Champagne, Frédéric Chiasson, Benoît Côté, Maxime Goulet et Pierre-Olivier Roy devrait attirer un public que la musique toute seule ne convainc pas. Leur inspiration ? L’univers surréaliste et l’humour absurde de l’illustrateur et bédéiste Jean-Paul Eid, né au Liban, mais arrivé au Québec à l’âge de trois ans, qui a imprimé sa marque dans le magazine Croc avec son personnage de Jérôme Bigras (héros des albums On a marché sur mon gazon et Bungalopolis, qui fournit le titre au spectacle). Avec l’aide de Rex – la tondeuse à gazon à laquelle il parle –, le bedonnant banlieusard combat les crimes à Bungalopolis et affronte Mouffette-man ou le Grand Ouaouaron.

Mis en scène par Mylène Lapierre, l’opéra-cabaret réunit Ariane Girard, Philippe Martel, Dominique Côté et Sylvain Paré (dans le sens des aiguilles d’une montre sur la photo) et un ensemble de six musiciens sous la direction de Cristian Gort. Les chanteurs lyriques animent la bande dessinée Des tondeuses et des hommes – le meilleur de Jérôme Bigras, tandis que chacune des cases est projetée sur écran en guise de surtitre.

Une présentation de la Société d’art lyrique du Royaume et du Théâtre des Faux Plis.

Bungalopolis, Lion d’Or, à Montréal, les 17 et 18 février, 514 790-1245 ; Théâtre Palace, à Arvida, les 23, 24 et 26 février à 20h, ainsi que le 27 février à 15 h, 418 548-0130.

← La Presse : « Bungalopolis, un opéra-cabaret »

Le Devoir : « La bande dessinée fait son opéra-cabaret » →

Commentaires

comments powered by Disqus