Frédéric Chiasson

compositeur

Nouveau site en construction

Ce site n'est pas à jour parce qu'un nouveau site est en construction. En fait, je continue à composer et arranger beaucoup ! D'ici là, pour les dernières actualités, suivez ma page Facebook.

Sociofinancement pour Poèmes de Nelligan : en préparation...

Accueil > Tous les articles > Article « Sociofinancement pour Poèmes de Nelligan : en préparation... » >

Share

1er mars 2013

Je vous avais annoncé sur ma page Facebook et sur mon compte Twitter que je préparais un nouveau projet que j'annoncerais cette semaine. Alors, le voici : une campagne de sociofinancement pour compléter mon cycle de mélodies sur des poèmes de Nelligan, avec au final un concert de création du cycle complet avec Dominique Côté au chant.

Si la campagne fonctionne, vous aurez plus de pièces comme celle-ci.

Dominique Côté chante Soirs d'automne, l'un de mes Poèmes de Nelligan, lors du concert « Un air de chez nous – 400 ans de musique québécoise » au FestivalOpéra de Saint-Eustache 2011. (Vidéo : Daniel Bélanger.)

Qu'est-ce que le sociofinancement ? Je vous propose la définition écrite sur le site d'haricot.ca, une des plateformes de sociofinancement disponibles.

Sociofinancement : [sosjofinɑ̃smɑ̃] n.m. Néologisme créé en 2010 par Haricot inc. De socio + financement. Francisation du terme crowdfunding. Financement de tous types de projet par la famille, les amis, les voisins, les fans, les amis des amis, la communauté, la foule. Financement collectif. Financement communautaire. Financement participatif. Financement volontaire. Financement par la foule. Financement 2.0

Aujourd'hui, le sociofinancement se fait surtout par l'entremise d'une plateforme web s'appuyant sur la diffusion et le partage dans les médias sociaux.

Dans mon cas, vous – oui, vous :) – me financerez (si vous le voulez, bien sûr !) la composition de trois nouvelles mélodies du cycle sur Nelligan. Une fois la plateforme ouverte, vous pourrez m'encouragez en donnant ce que vous voulez : 5, 10, 20, 50, voire 100 $ et plus (si vous êtes bien généreux). L'argent ne sera débité de votre compte qu'une fois l'objectif atteint. Sinon, vous gardez votre argent.

En échange, en plus d'avoir la satisfaction d'avoir aidé à la création d'une nouvelle œuvre musicale acadienne, québécoise et canadienne, vous recevrez des récompenses selon le montant donné. Ce pourra être un billet pour le concert de création, la partition des mélodies, les enregistrement haute définition des mélodies que vous recevrez avant tout le monde, un mini-concert privé (si vous êtes bien généreux), etc.

Pourquoi faire une campagne de sociofinancement pour la composition d'une œuvre ? Disons-le franchement : à mon humble avis, l'éconosystème1 de la composition en musique classique ne fonctionne pas bien. Les choix qui s'offrent au compositeur qui veut vivre de sa musique de concert se rémument à :

  1. recevoir une commande d'un riche mécène ;
  2. recevoir une commande d'un ensemble avec l'aide d'un Conseil des arts (fédéral/provincial).

Les riches mécènes qui font des commandes de composition ne courent pas les rues. En général, ce sont plus les interprètes de musique classique qui profitent de leur générosité. Quant aux ensembles de musique, il leur est impossible d'attribuer une partie de leur subvention de fonctionnement des Conseils des arts (Conseil des arts du Canada (CAC) ou Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ)) à une commande d'œuvre. Ces conseils leur obligent de faire une autre demande de subvention expressément pour la commande d'œuvre. Cette demande est ensuite étudiée par un comité de pairs : d'autres compositeurs et interprètes. Difficile de prévoir l'obtention d'une bourse lorsque les gouts et critères changent à chaque nouveau comité, surtout lorsqu'environ une demande sur cinq reçoit une bourse ! Disons qu'on ne peut pas compter là-dessus pour payer son loyer. Je n'écris pas Starmania non plus, alors les droits d'auteur...

Donc, avec le sociofinancement, je teste un nouveau modèle d'affaires. En fait, je reviens à un ancien modèle d'affaires qui était pratiqué par Bach, Haydn, Mozart et Beethoven : payer à l'avance un compositeur afin qu'il fasse de la musique. Mais cette fois, ce n'est plus un aristocrate qui paie, ni un organisme public, c'est vous, une communauté qui me suit et m'encourage dans ma vocation.

Participer à ma campagne de sociofinancement, c'est finalement une nouvelle manière d'agir collectivement pour ajouter de la beauté à la société. Une manière assez conforme au credo de Lamèque, ma ville natale : «  une communauté fondée sur la coopération et le bénévolat ».

Avant même que la campagne commence, vous pouvez déjà m'aider : référez-moi des gens. Trouvez un ou une amie qui aime la musique vocale ou classique et demandez-lui de s'ajouter à ma liste courriel ou d'aimer ma page Facebook, afin qu'il ou elle soit au courant des développements de la campagne. Si chacun m'ajoute seulement un abonné, ça fera déjà au-delà d'une centaine de personnes contribuant à la réussite du projet.

Je vous donne d'autres détails bientôt...

Mise à jour : David Desjardins relate la campagne de sociofinancement de trois jeunes pour sauver la pizzeria de leur quartier à Québec. Ils ont déjà ramassé 16 000 $ !

Aussi, voici en rappel mon article sur le podcast de musiQCnumériQC sur le sociofinancement.


1 éconosystème : l'équivalent d'écosystème, mais pour un système économique.

Share

Urbania : composer Réveil

Dead Man Walking : texte ou musique ?

Commentaires

comments powered by Disqus