Frédéric Chiasson

compositeur

Premières de Belle-Île-en-mer à Moncton et Caraquet

Share

13 novembre 2016

Tintamarre de Belle-Île-en-mer, France. Photo : Phil Comeau
Tintamarre de Belle-Île-en-mer, France. Photo : Phil Comeau

La première de Belle-Île-en-mer, île acadienne et bretonne, documentaire de Phil Comeau dont j'ai composé la musique, fut un grand succès à Moncton, ce 11 novembre. À un point tel que la direction du Festival international du film francophone en Acadie a programmé une séance supplémentaire ce mardi 15 novembre 2016, à 21h, au Cineplex de Dieppe. Les billets se vendent à la porte.

Le film sera aussi présenté au Cinéma du Centre de Caraquet ce mercredi 16 novembre 2016 à 18h30. J'y serai avec Phil Comeau, bien sûr, mais aussi avec Zachary Richard, pour le film Toujours batailleur sur le célèbre chanteur, présenté en programme double avec Belle-Île....

Critique du film

Le cinéaste d’expérience s’est rendu sur cette île magnifique de l’océan Atlantique afin d’explorer les liens puissants entre les insulaires et leurs racines acadiennes. Il pose un regard personnel. Le cinéaste a capté de superbes images de cette île qui regorge de noms acadiens: Granger, Landry, LeBlanc, etc. Après avoir vu le film, on a juste une envie, c’est d’aller visiter l’endroit et de rencontrer ces gens qui apparaissent si chaleureux. Les insulaires sont fiers de leurs racines et c’est ce qu’ils expriment dans le film qui suit également de l’arrivée d’un groupe d’Acadiens des Provinces maritimes venu célébrer avec les Bellilois leur appartenance à l’Acadie." - Sylvie Mousseau, L'Acadie Nouvelle

Share

Laissez un commentaire

Lucie Renaud, l'une des dernières journalistes de la création musicale

Share

7 novembre 2016

Lucie Renaud
Lucie Renaud

J'ai appris que Lucie Renaud est décédée le 31 octobre, vers 12h20, d'une tumeur foudroyante au cerveau. Lucie Renaud ? L'une des écrivaines discrètes mais essentielles de la musique classique. Entre les potins de vedettes sur les t-shirts et ceux sur les ratages de vols, l'une des rares journalistes et auteurs à s'intéresser véritablement à la démarche de création. Elle tenait jusqu'à très récemment un blog sur la littérature, le théâtre et la musique, Clavier bien tempéré, en plus d'avoir collaboré à plusieurs périodiques artistiques dont Jeu et la Scena musicale.

Je l'ai connue par l'entremise d'un article sur Bungalopolis. Puisqu'en tant que compositeur, nous sommes invisibles donc inintéressants pour les journalistes, je me suis fait ma propre campagne de presse en l'appelant pour lui parler de ma prochaine composition pour l'Orchestre de la Francophonie, Urbania. Elle accepta alors avec plaisir de me rencontrer au Bistro Olivieri. Cela donna probablement le plus beau texte fait sur l'une de mes créations à ce jour.

Ils sont rares les journalistes qui réussissent à saisir une essence de soi qui nous échappe, à un point tel que lorsqu'on lit l'article quelques jours après l'entrevue, on se dit « Ah ouin ? Vraiment ? », puis quand on le relit quelques années plus tard, on se confesse que « Oui, c'est donc ben vrai ! ».

L'article était tellement bon que je l'ai relu tel quel sur le site du Messager de mon quartier ! Le journaliste culturel avait tout simplement plagié l'œuvre de Lucie dans les pages de l'hebdomadaire. Fâché de voir une telle appropriation, j'avais appelé la rédaction afin d'enlever l'article. Je n'avais même pas pensé que cela a pu brouiller mes relations avec l'équipe du Messager. Bon prince, le Messager m'a envoyé une autre journaliste afin de faire un autre article. Lucie elle-même en était étonnée, m'appelant au téléphone son « preux chevalier ».

Je n'ai eu que de légers contacts depuis Urbania, ce qui rend sa mort encore plus désolante ! Quels journalistes vont encore se déplacer pour parler à des créateurs qui n'ont pas la chance de se pavaner en robe de soirée ou en t-shirt de Gerry Boulet dans un gala, ou plus simplement de passer à la télé ? Avec les moyens des médias qui rapetissent et les musiciens qui s'accumulent, les journalistes pigent par dépit de plus en plus dans les évidents, en délaissant les essentiels. Beaucoup d'acteurs et de chanteurs, peu d'auteurs et de compositeurs (et je ne parle même pas des arrangeurs !), sauf les cutes et les vieux incontournables. Lucie, elle, était là pour les autres.

Tu vas nous manquer beaucoup.

Un texte touchant de Claudio Pinto, un intime de Lucie

Le texte de Lucie Renaud sur Urbania

Un autre texte de Lucie sur Bungalopolis

Share

Laissez un commentaire

Arrangements de Final Fantasy et Donkey Kong 64 pour l'Orchestre de jeux vidéo

Share

18 septembre 2016

Arrangement de Final Fantasy par Frédéric Chiasson, jouée par L'Orchestre de jeux vidéo, dirigé par Jonathan Dagenais.

J'ai pensé attendre de lancer mon nouveau site avant d'en parler, mais à voir les projets de musique et de programmation, vaut mieux en parler tout de suite ! J'ai effectivement fait deux arrangements de musique de jeux vidéo pour l'Orchestre de jeux vidéo (OJV) : un des premiers Final Fantasy (I, II et III) et un de Donkey Kong 64.

L'OJV, orchestre d'harmonie amateur qui commence à avoir une certaine réputation (on en parle même en Australie !), a sorti la vidéo de leur prestation de mon arrangement de Final Fantasy sur Youtube.

Je travaille maintenant pour deux arrangements pour l'OJV qui seront joués en février 2017 à la Maison symphonique de Montréal : un grand arrangement sur la série Zelda – ou le défi de comprimer plus de 25 ans de musique de Zelda en 12 minutes ! – et un rappel sur Final Fantasy VI.

Share

Laissez un commentaire

Plus d'articles